Une babyshower pour Noémie

photo

Une de mes meilleures amies devait accoucher à la fin du mois de juin. On a donc décidé de lui organiser une babyshower; la mienne avait été très chouette, et ça avait été vraiment sympa de voir mes amis proches tous ensemble avant l’arrivée d’Olympe. Sauf que. Pas de bol, la copine en question a accouché 5 jours avant la fête. Merci hein, sympa ! Comment on fait une babyshower si le bébé est déjà là ? Et bien c’est simple, on fait tout pareil, avec un bébé de 5 jours qui dort à côté !

J’étais chargée de chapeauter un peu le tout avec l’aide du parrain (j’adoooore organiser des trucs)(au lycée j’organisais absolument toutes nos soirées)(on était sages, on buvait du Banga et on mangeait des Pepito)(promis), et autant vous dire que j’étais à fond ! Je voulais des choses que les parents pourraient réutiliser après, dans la décoration de la chambre de la petite Noémie, ou quand elle serait plus grande… J’aime les souvenirs palpables, je suis très matérialiste pour ça. J’ai donc prévu plusieurs choses…

L’arbre à empreintes

13453268_10153451130106548_770714413_o

Un grand classique, on en a vu fleurir à tous les mariages, au point qu’on en vient même à s’en lasser un peu. Mais j’avais l’intuition que ça plairait à mon amie, et j’ai eu raison, pendant que nous commencions à installer notre petit bazar pour la babyshower, elle était allée en imprimer un car elle aurait aimé en faire un pour les gens passés à la maternité, mais avec l’accouchement survenu un peu plus tôt que prévu, elle n’avait pas eu le temps de s’en occuper ! ( les petites empreintes à droite et à gauche ? Celles d’Olympe et de Noémie !)

Les bodies décorés

Franchement, je dois dire que je craignais le PIRE avec cette activité. Le principe ? Des bodies blancs, des feutres textiles, de la créativité, et un rendu qui peut être totalement immonde ! Et bien non, tout le monde a joué le jeu et à créé une petite pièce unique super sympa et personnalisée. Le papa est un gros geek, donc pas mal de créations ont tourné autour de cet univers, au grand désespoir de la maman ! Nous avons utilisé des feutres de la marque Posca, et des bodies blanc 100% coton de chez Kiabi (ma marque chouchou pour Oly). Il est important de laver une première fois le vêtement avant de dessiner dessus, pour qu’il ne rétrécisse pas ensuite. Je les ai récupéré afin de les repasser sur l’envers pour bien fixer les couleurs avant un premier lavage. Et ils sont ressortis nickel ! Pour bien fixer les couleurs, repasser le vêtement sur l’envers pendant bien 5 min (en bougeant le fer, hein, sinon dis adieu à ton vêtement!).

L’abécédaire à compléter

En bonne libraire que je suis, je suis évidement arrivée à la maternité avec quelques livres sonores… Et le jour de la babyshower, avec un abécédaire à compléter de nos plus belles illustrations ! Pas besoin d’aller bien loin; des pages A5 « A comme… », et un peu d’imagination plus tard, Noémie aura un super abécédaire totalement unique. Bon, le « P comme prout », c’est cadeau, et c’est la maman qui l’a fait ! Encore une fois tout le monde s’est pris au jeu, et sans être des artistes, le rendu est franchement sympa ! On s’extasiait tous devant nos dessins respectifs, même quand ils étaient franchement pourris ! Une fois toutes les cartes remplies, j’ai créé une couverture et ai relié le livre à la main avec une reliure japonaise. Il fallait bien que ces cours de reliure d’il y a quatre ans me servent un jour ! Les reliures japonaises peuvent être très simples à réaliser, ou beaucoup plus travaillées selon notre habileté. Comme je n’écoutais rien en cours il ne me restait que de vagues souvenirs, je suis restée sobre !

Et d’autres petites choses…

Même en commençant la fête en début d’après-midi, nous avons bien traîné, bien bu et bien mangé (dont un énorme gâteau de princesse/licorne à paillettes sous LSD ramené par deux amies !), et nous avons également couvert d’attentions les futurs parents et la petite puce. L’avantage de la babyshower, c’est qu’elle permet aussi aux parents de recevoir des choses utiles pour préparer l’arrivée du bébé : des rangements pour la table à langer, une petite couverture, un kit de premiers soins avec par exemple un thermomètre et une petite brosse toute douce, un sac à langer… Autant d’achats qui serviront vraiment aux parents et qui réduisent un peu (beaucoup) leurs dépenses. Ils avaient fait une liste de naissance sur le site Mes Envies (clic clic, remember cet article) pour nous aiguiller, et ça a été bieeeen pratique. J’avais encore prévu d’autres petites activités que nous n’avons pas eu le temps de faire : un concours de vitesse d’enfilage d’écharpe de portage, un petit quizz sur l’enfance (et les bêtises) des deux parents… J’avais préféré prévoir large au cas où !

Et vous, vous avez déjà assisté, organisé, ou eu droit à une babyshower pendant votre grossesse ? Partagez nous les autres activités que vous avez eues l’occasion de faire ! 

.
.
.

 

Babyshower : ce que tu ne feras point.

Bon, ne prenez pas ce titre au pied de la lettre : lors d’une babyshower, comme pour un enterrement de vie de jeune fille, tout est permis, tant que ça fait plaisir à la future maman/future mariée. Maiiiiiis. Quand même. Tout comme pour les EVJF, il existe le pire du pire des activités à proposer lors d’une babyshower. Certaines des activités de ce petit florilège que je vais vous proposer me font hurler de rire (la première notamment), mais clairement je n’oserais jamais les proposer ! Allez, vous êtes prêts pour le top 5 des activités les plus kitschs et les plus crados des babyshowers ??

#1 : Labor or porn

Ou, littéralement : « Accouchement ou porno ? ». L’idée ? A toi de deviner si les zooms sur ces visages expressifs appartiennent à une femme qui accouche ou à une actrice porno dans l’exercice de ses fonctions ! Avec plan large pour bien prouver la bonne réponse. Oui, c’est aussi subtil et classe que ça en a l’air ! (oui je trouve ça drôle)(mais quand même)

giphy

#2 : Changement de couche à l’aveugle amélioré

Demander aux futurs parents de changer une couche à l’aveugle (généralement sur un ballon de baudruche ou un baigneur), ça peut être assez fun. Le petit twist assez sympa, c’est de remplir la première couche de mousse au chocolat. Miam.

#3 : Les surnoms

Chaque personne écope d’un surnom en début de babyshower : toi tu seras « Couche », toi tu seras « Biberon », et toi tu seras « Caca » ! Tu dois appeler tout le monde par son surnom, sinon… Un gage ! Et là où ça se corse, c’est qu’à une babyshower, par solidarité pour la femme enceinte, il n’est pas de bon ton de se mettre une race. Oui, dommage.

#4 : Qu’est-ce que bébé a mangé ?

Oui oui, il faut deviner le contenu de couches, c’est aussi simple que ça ! En général on fait fondre des barres chocolatées… Alors moi différencier un Mars et un Twix dans une couche, ce n’est pas mon rêve ultime, mais soit, il en faut pour tout le monde !

#5 : et pour rappel…

Non, promis, ce n’est pas OBLIGATOIRE de déguiser la future maman (la pauvre)… Non, je n’ai pas réussi à trouver de costume plus crade que celui-ci !

costume-bebe

Le choix de l’allaitement.

IMG_1560

Je ne pensais pas que l’allaitement tiendrais une part si importante dans ce blog, et tout simplement dans ma vie. Enceinte, quand on me demandait si j’allais allaiter, ma réponse était toujours « si ça se passe bien« . Comme un énorme doute sur le fait que oui, ça allait bien se passer. Tu te dis que s’il y a finalement aussi peu de femmes qui allaitent en France (je vous rappelle les chiffres : 1 enfant sur 2 est allaité à la sortie de la maternité, et à 3 mois, seuls 10% des nourrissons sont encore allaités exclusivement), c’est bien pour de bonnes raisons. Et bien non, les raisons qui déterminent notre choix d’allaiter ne sont pas forcément les bonnes; ce qui guide notre choix, ce n’est pas tant la santé de l’enfant, ou la volonté de la mère, mais bien souvent le regard que notre société porte sur l’allaitement. Il faut aussi rappeler que près d’un tiers des femmes qui pensent allaiter y renoncent finalement avant la fin de leur grossesse. La question est : pourquoi ?

Taux d'allaitement naissance

Peut-être parce qu’elles ne sont pas encouragées : quand on est enceinte, on sait qu’on devra reprendre le chemin de l’entreprise avant les 3 mois de notre enfant, à moins de prendre un congé parental qui signifie forcément une baisse de revenus pour le foyer (ce que j’ai choisi de faire -yay!-, on mangera des pâtes). Avec cette perspective, on peut être tentée de se dire « à quoi bon m’épuiser à allaiter pendant mon congé si je dois arrêter aussi vite? », et c’est bien compréhensible. Alors oui, on peut continuer d’allaiter même en ayant repris le travail : allaitement mixte, ou tirer son lait. La loi prévoit d’ailleurs un droit à des « pauses allaitement » d’une demie-heure par demie-journée, pour permettre aux femmes de poursuivre leur allaitement dans de bonnes conditions (comment ça tirer son lait dans les toilettes de ta boîte en mangeant ton jambon-beurre n’est pas considéré comme « de bonnes conditions » ???). Mais comme toujours, il y a ce que dit la loi et ce qui est appliqué… Sur l’allaitement, la politique de la famille en France est un peu à la ramasse, alors que nous avons le taux de natalité le plus élevé d’Europe…

Et au delà des embûches « techniques », il y a aussi ce que la société te renvoie, quand tu es une mère allaitante. On entend souvent parler des mères qui donnent le biberon et qui se font culpabiliser à tout va. Bien sûr que c’est aussi le cas. Bien sûr qu’il y a des maternités qui « poussent » un peu des mères ne désirant pas allaiter à le faire malgré tout, alors que ce n’est pas leur choix. C’est répréhensible. Mais ces professionnels ne font qu’encourager les recommandations faites par l’Organisation Mondiale de la Santé : allaitement exclusif sans complément jusqu’à 6 mois, qui devrait ensuite être complété par une alimentation diversifiée jusqu’à au moins 2 ans. Ce dont je déteste entendre parler, c’est du « lobbying de l’allaitement ». Pour qu’il y ait lobbying, il faut qu’il y ait des intérêts personnels. Je ne te fais pas de dessins, mais souvent ces intérêts sont financiers. En quoi peut-il y avoir un lobby de mères allaitantes vu qu’on consomme moins (on n’achète pas de lait en poudre, pas de biberon, pas de stérilisateur de biberon… quand on allaite)(bon si, éventuellement on loue des tire-lait!) et qu’on se suffit à nous-même ? Oui, il y a des mères allaitantes qui peuvent être légèrement casse-couilles fermées d’esprit. Mais attention, je n’ai jamais dit qu’allaiter son bébé rendait moins con ! Oui il y en a qui vont te balancer des horreurs comme quoi si tu n’allaites pas tu es une mauvaise mère, si tu n’allaites pas tu ne recherches pas le meilleur pour ton bébé, si tu n’allaites pas ton bébé sera en mauvaise santé/obèse/bête (rayez la mention inutile). Oui, l’allaitement maternel est bel et bien bénéfique au bébé, puisqu’il est naturellement le plus adapté. Les laits en poudre ne sont que des copies qui tentent d’être les plus proches possibles de ce que la nature nous fournit. Si je choisis d’allaiter, c’est dans la même démarche que mon choix des couches lavables, du fait-maison, des produits naturels : parce que je veux être sûre de ce que je donne à mon enfant. Je veux la liste d’ingrédients la plus courte qui soit. Je veux garder le contrôle sur ce que je lui transmet. C’est un choix.

Pour autant, je refuse de juger une mère si elle choisit de ne pas allaiter. Je refuse ces mères allaitantes qui te poussent à prolonger un allaitement qui se passe mal, qui te culpabilisent si tu veux tirer ton lait pour pouvoir picoler un coup à un mariage (hips, je me souviens encore de celui de ma belle-soeur juste un mois après mon accouchement !), qui te disent « c’est tout ? » quand tu annonces fièrement avoir allaité quelques semaines ou quelques mois. Je refuse qu’on balance des choses comme ça à de jeunes mères. Mais il y a aussi autre chose que je refuse.

On joue à la galerie des horreurs ? Voici un petit florilège des phrases lues ou entendues en 4 mois d’allaitement (je crains vraiment mais alors vraiment les mois à venir) :

L’allaitement je trouve ça immoral, limite incestueux.

Oh, allaiter son enfant c’est formidable ! Mais passé 3 mois, je trouve ça vraiment malsain. (une laborantine alors que je faisais ma prise de sang pour le don au lactarium, quand Olympe avait 6 semaines)

Ah non mais moi fourrer mon nichon dans la bouche d’un gosse, je pourrais pas. (entendu alors que j’étais en train d’allaiter à l’écart, chez moi)

L’allaitement ça me dégoûte. Ca me donnerait l’impression d’être une vache.

Je trouve que c’est un acte peu civilisé. Pas digne d’un être humain. (lu sur les réseaux sociaux, d’une jeune maman)

post-67343-Zooey-Deschanel-I-feel-like-I-0E89

Et après c’est sur les mères qui n’allaitent pas qu’on met la pression ? Que dire de cette fois où pour notre première sortie en ville avec Olympe, on s’était arrêtés en terrasse d’un café, où je suis allée tout au fond de la salle pour allaiter tranquillement en toute discrétion. Le serveur si aimable jusque là nous a lancé un Au revoir glacial quand nous avons quitté son rade littéralement VIDE. Depuis ce jour je me sens toujours obligée de demander si ça ne dérange pas. Bien souvent on me dit que non, bien sûr, installez vous tranquillement ! Je trouve correct de signaler que je vais nourrir ma fille. Mais je ne sais pas comment je réagirai le jour où on me le refusera, si ce jour arrive. Maintenant je deviens de plus en plus à l’aise avec mon corps. L’autre jour j’ai allaité sur un banc public, face à une très jolie église, à l’heure de la pause déjeuner avec tous les passants qui allaient et venaient. Je m’étais couverte avec un lange, il faisait beau, j’étais bien. J’ai senti le regard insistant de personnes assises plus loin, sur un autre banc. Qu’est-ce qu’elle fait celle-là ? Ce regard n’aurait jamais eu lieu d’être si j’avais sorti un biberon de mon sac à langer. Est-ce qu’on répète aux mères qui n’allaitent pas « Elle n’a pas faim ? Tu es sûre qu’elle n’a pas faim ? C’est pas l’heure de manger ? On dirait qu’elle a faim ! » ? Est-ce qu’on leur demande si elles sont sûres que leur lait en poudre est encore adapté (= « Tu as encore assez de lait ? Tu es sûre que ton lait est encore assez nourrissant ? Ah, moi c’était de la flotte, tu devrais vérifier, parce qu’on dirait qu’elle a faim! ») ? Est-ce qu’on leur demande jusqu’à quand elles vont donner le biberon ? Est-ce qu’on leur assène « Ah parce qu’un jour il va bien falloir passer au verre tu sais ! » ?

Non, non, non, et encore non.

Foutez la paix aux mères qui choisissent le biberon. Foutez la paix aux mères qui allaitent. Ne vous sentez pas obligée de justifier vos décisions à coups de bec et de griffes. Le pire c’est que si, bien souvent, ces réflexions viennent de jeunes ou de moins jeunes mamans, parfois ce sont carrément des personne sans enfants, femmes ou hommes, qui t’expliquent comment tu devrais élever ton gamin. C’est un peu comme si j’allais expliquer à un pote que « non non non, c’est pas comme ça qu’on se masturbe enfin! », tu vois ?

Pour finir je vous laisse sur ces deux vidéos; deux campagnes de pubs de la marque Similac, qui chacune à leur manière font chaud au coeur (et remuent mes hormones de jeune maman!). La marque a lancé le hashtag #EndMommyWar, pour inviter tous les jeunes parents à un peu plus de respect les uns envers les autres. Alors oui, c’est marketing, oui la seconde vidéo est quand même orientée un peu plus « pro-bib » mais en douceur (c’est quand même une marque de lait en poudre hein!) mais bordel ça fait du bien ! 

.

.

.

.

.

.

Une liste de naissance qui change avec Mes Envies: vive la liberté !

Tout jeune parent a forcément eu le droit à cette question pendant la grossesse :

“Alors, t’as fait une liste de naissance pour Boubou ?”

Au départ, on n’avait pas spécialement prévu d’en faire une. Les gens qui voudraient nous faire un cadeau allaient bien trouver une idée de toute facon, et puis faire une liste, ça me donnait un peu la désagréable impression de réclamer. Genre “BON, VOUS ALLEZ NOUS COUVRIR DE CADEAUX OUI OU MERDE ?”. Bref, pas super à l’aise avec le concept. Je ne connaissais surtout que les listes “classiques”, que tu ouvres dans un magasin où tu dois du coup trouver tout ton bonheur.  Oui mais alors moi c’est mal me connaître. Parce que je suis une grande inconditionnelle du suédois, mais que j’aime aussi les petits objets de déco mignons du Petit Souk, et puis je m’offrirais bien cette petite affiche uniquement dispo en ligne, oh, et les couches lavables, ah, va donc trouver des couches lavables chez Aubert, je suis sûre qu’ils ne savent même pas que ça existe ! Bref je déteste devoir faire des choix “par défaut”. Pour mon bébé je veux le meilleur, et il ne se trouve pas toujours au même endroit.

Et puis bingo. Je suis rapidement tombée sur le site Mes envies, et j’ai tout de suite adhéré. Un site qui n’est lié à aucune marque, aucune enseigne (on dit multipass multimarques, cocotte), qui n’oblige pas les gens à acheter en ligne (survie du petit commerce si cher à mon petit coeur de commerçante), qui permet de créer une cagnotte pour ceux qui veulent participer sans trop se fatiguer… Simple d’utilisation… Personnalisable… Il est parfait ! 

J’ai particulièrement aimé sa simplicité d’utilisation, que ce soit pour les parents (ça marche aussi pour les futurs mariés!) ou pour les proches qui veulent faire un cadeau : les parents sélectionnent sur les sites de leur choix les articles qui leur plaisent, on peut donc faire attention à dénicher les meilleurs prix, et les proches réservent simplement le cadeau. Un lien leur permet d’accéder aux boutiques en ligne, mais ils peuvent aussi très bien aller acheter en boutique physique. Cela permet même de suggérer des cadeaux maison : une petite couverture tricotée ou cousue main me tentait vraiment, mais je n’ai pas eu le temps/le courage de m’y atteler. J’ai suggéré cette idée, mis en lien des tutos venant de Hellocoton et ma meilleure amie m’a fait la plus belle couverture du monde, on la trimballe partout et tout le monde depuis la maternité s’extasie dessus. Et franchement, une couverture du commerce à côté, ça n’aurait rien eu à voir !

Capture d’écran 2016-06-09 à 14.07.45

Avec en dessous mon plaidoyer pour les couches lavables… Bon, personne ne nous en a offert, ça ne devait pas être assez glamour comme cadeau ! 😉

Elle a rencontré un franc succès, et ce qui est bien, c’est qu’on a eu des cadeaux qui nous plaisaient vraiment. Certains cousins par exemple nous auraient sans doute offert un doudou ou des fringues, mais du coup on a reçu des choses qui nous servent réellement. Et les personnes qui ont fait un cadeau spontanément sans réclamer la liste ont bien souvent complété la garde-robe déjà bien remplie de notre fille, ce qui a fait un bon équilibre !

Pour les futurs parents, on peut ajouter un petit bouton dans la barre du navigateur internet qui permet d’importer directement sur la liste les articles qui nous plaisent, un peu sur le même principe que le bouton Pin it de Pinterest. Pas besoin de créer manuellement chaque article, et c’est un gain de temps énorme !

Bref, vous l’aurez compris, on est totalement fans de ce site, qu’on réutilisera très certainement pour Noël, les anniversaires, bébé 2… Et vous, vous avez utilisé une liste de naissance ?

.

.

.

.

Deux mois déjà

Samedi dernier, Olympe a eu deux mois. DEUX MOIS. Est-ce qu’il existerait une sorte de faille temporelle dans laquelle on tombe inéluctablement la tête la première quand on devient parent ? Non mais sérieusement. J’ai toujours trouvé que ça faisait terriblement « vieux » de dire des choses comme « alalalala, qu’est-ce que ça pousse vite » ou « profitez, on les voit pas grandir ». N’empêche que c’est vrai !

Une de mes meilleures amies a accouché au début de la semaine. Sa petite fille fait le même poids qu’Olympe à la naissance, elle est un tout petit peu plus petite, et pourtant j’ai l’impression que JAMAIS je n’ai eu entre les bras un si petit bébé… Je me suis replongée dans les photos, pourtant pas si vieilles, de ses premiers jours, et je mesure déjà l’étendue parcourue; en deux mois, mon bébé a bien changé.

Elle commence à saisir les choses, nous fait de grands sourires, elle est réceptive quand on joue avec elle, elle nous fait régulièrement des areuh devant lesquels on s’extasie avec son Daddy. Elle fait des pompes dès qu’on la met sur le ventre, à un tel point qu’on a peur qu’elle se retourne déjà, quand on la laisse sur le canapé par exemple. Elle a déjà un jouet préféré, son hochet vache de la photo, et d’autres qui l’énervent dès qu’on lui met trop longtemps sous le nez. Le sac des vêtements trop petits pour elle se remplit à vitesse grand V (en même temps vu le stock démentiel qu’on a pour chaque taille…), on est même passés aux couches lavables taille M ! Celles que certains bébés ne mettent qu’à 8 mois passés, oui oui !

On a traversé des périodes terribles de coliques qui faisaient hurler notre fille des heures durant. On a entendu notre médecin généraliste dédramatiser le bidon tout gonflé d’Olympe et dire qu’un bébé ça a mal au ventre, c’est normal, on a trouvé une pédiatre formidable qui nous a donné énormément de pistes à explorer pour soulager notre bébé. Et dans tout ça on a su trouver ce qui marchait plus ou moins bien pour elle. Depuis deux semaines j’ai commencé une éviction de tous les produits contenant des protéines de lait de vache, mais aussi de lait de brebis ou de chèvre, ainsi que le soja (allergies croisées, toussa toussa…) car je suspecte une intolérance ou allergie chez Olympe, comme moi, avec des conséquences plus lourdes pour son petit corps que pour le mien. Le tout contre l’avis de cette fameuse généraliste, pour qui « ça ne sert à rien puisque les protéines de lait ne passent pas » dans mon lait à moi, tout comme les autres aliments. Ah, rien ne passe dans mon lait, tu permets que j’aille me servir une petite coupe alors ? C’est un régime contraignant surtout à l’extérieur, mais si j’ai mis le doigt sur quelque chose, ça vaudra le coup.

En deux mois, on a appris -et on apprend encore- à devenir des parents. Victor mérite bien son surnom de Daddy Poule, depuis le début c’est un papa exemplaire. Moi je ne sais pas encore trop quel genre de maman je suis. Hésitante. Je ne me sens bien avec ma fille que chez nous, là où nous ne faisons notre vie que tous les trois, peut-être parce qu’en dehors tout m’agresse. La manière dont on s’occupe de ma fille, des petits gestes qui ne me plaisent pas, des réflexions qui me font douter de ma légitimité, qui me donnent l’impression d’être une mère incapable de prendre soin de son enfant, un regard lourd de sens, les avis à droite à gauche qu’on n’a pas demandés. Dès qu’on sort de la maison, je m’emmêle, je deviens gourde, parfois incapable d’enfiler un pyjama si un tiers m’observe. J’ai l’impression de mal faire. C’est le regard des autres qui me donne l’impression de ne pas savoir. De faire n’importe quoi. J’essaie de prendre confiance en moi. Ma fille va bien. Elle a pris 7cm et 1,7kg en deux mois. Elle grandit, cet allaitement si difficile au départ se poursuit plutôt bien. J’y arrive. Et quand je la vois sourire comme ça, je me dis que ça ne va pas si mal, vous ne croyez pas ?

.

.

.

.

Le cas des couches lavables

IMG_2043

Aaaaah, les couches lavables ! Tout un monde ! Je ne sais plus quand et où j’en ai entendu parler pour la première fois. Je pense que je me suis dit comme toute personne sensée : « beurk ». Ah, alors, oui, excuse moi, mais là je te préviens copine : oui, je vais parler caca. Je ne vais pas y aller par quatre chemins en te parlant de déjections (ma fille c’est pas un chien), de fientes (ma fille c’est pas un oiseau), de selles (ma fille c’est pas un cheval)(pardon). Brrrrref.

Au départ, j’étais moyennement convaincue. Il faut dire qu’avant la naissance de ma fille, je n’avais jamais changé une couche. JAMAIS, tu m’entends ! Et le pipi-caca, autant c’est mon truc dans les livres pour enfants, autant en vrai… Bof. J’imaginais déjà ne faire des machines QUE de couches, la charge énorme de boulot que ça pouvait représenter, l’horreur ! Les mains dans la merde (littéralement) toute la journée ! Et puis du caca dans ma machine à laver où je lave mes vêtements que moi je porte ! Non mais allo quoi ! Bon j’avoue, j’ai repris ces termes vu sur Facebook sous un spot publicitaire pour des couches lavables. À vrai dire je ne sais plus trop ce que j’ai pensé, ne me demandez pas d’avoir un cerveau en ce moment.

Ça c’est ce que tout le monde se dit au départ. Tu as ceux qui s’arrêtent là, et tu as ceux, comme moi, que ça intrigue. J’ai poussé un peu plus loin mes recherches, et je me suis rendue compte que les couches lavables, c’est tout un monde. Au départ, tu n’y piges rien. TE1, TE2, TE3 hybride, culottes de protection en PUL, inserts, liners, on croirait une secte. Et de fil en aiguille, en essayant à droite à gauche de piquer des infos, tu finis par comprendre plus ou mois le truc. Promis, je vous fait un article très vite sur le vocabulaire des couches lavables pour les nuls (moi il y a trois mois). En attendant, voilà déjà un petit tableau où j’ai compilé les grands critères qui permettent de comparer les couches lavables aux jetables : en terme d’écologie, d’économie, de santé pour nos petits loups, de praticité… Il y aurait encore beaucoup à dire, mais ça ne rentrait plus dans mon tableau j’ai voulu synthétiser au maximum !

lavablesvsjetables

Des explications plus détaillées sur le blog de Tim-Tam Nature si vous voulez aller plus loin!

Le plus dur je trouve quand on s’intéresse aux couches lavables, c’est déjà de s’y retrouver : il existe tant de modèles et de marques qu’on peut passer sa vie à essayer différents systèmes. Mais ce qu’il faut se dire, c’est que contrairement aux couches jetables qui sont toutes faites sur le même format, il existe, quelque part, une couche lavable qui est (par)faite pour vous. Heureusement il existe des sites très bien faits qui comparent les différents systèmes, des forums où appeler au secours (ne vous fiez pas au design très « début de l’internet mondial », on y trouve quand même de bons tuyaux !) et des crash-tests par de nombreuses mamans et papas!

Pour terminer en beauté ? Une vidéo de la marque Hamac-Paris (que j’adore!) avec une chanson que je connais par coeur qui reste bien dans la tête !

.

.

.

.

{Déco} Sur mes murs

Je suis une fan inconditionnelle des affiches, cadres et autre choses à pendre à mes murs. Au dessus de notre canapé trônent nos photos de famille, une affiche fétiche tirée de ma bande-dessinée préférée, « Quatre soeurs », et j’ai toujours eu envie de compléter cette accumulation d’images. On trouve des merveilles, pour les petits ou pour les grands, dans tous les styles et toutes les gammes de couleurs. Aujourd’hui je vous partage mes coups de coeur et créateurs préférés !

selection affiches

-1. Trophée Mister Fox -2. Affiche Happy Cloud -3. Affiche Ours -4. Affiche Bear Love Objects -5. Affiche Ilya Green -6. Trophée tête de cerf au crochet -7. Affiche Be happy my baby -8. Affiche Bear and Girl -9. Affiche Panda Indien –

.

.

.

.

{Déco} Mes envies pour la chambre d’Olympe

Nous allons bientôt déménager; avec l’arrivée d’Oly, nous allons avoir besoin à plus ou moins long terme d’une chambre supplémentaire. PouJpegr l’instant, comme elle est toute petite, il est pratique qu’elle dorme dans notre chambre. Pas besoin de courir des kilomètres pour aller la nourrir ou la changer, tout est à portée de sein de main. On a quand même réussi à lui créer un chouette coin, et ce malgré l’espace réduit dans notre chambre.

Son petit lit Moulin Roty nous a été prêté par une amie, il est super et ne prend pas de place ! La bannière « Baby » est un reste de ma sioupère baby shower, on ne voit rien sur la photo mais elle est en Liberty Betsy (oui un jour tu découvriras mon amour inconditionnel pour le Liberty). La table à langer bien pratique avec tous les produits qu’on utilise pour changer Oly, et ses deux grands tiroirs où on range tous les body/pyj qu’elle met actuellement, les innombrables langes et le nécessaire pour les couches lavables (bientôt je te ferai part du monde obscur des couches lavables)(oui, on va parler caca)(what else?)

Pour sa future chambre, on a j’ai plein d’envies (oui, Daddy Poule s’en fout un peu)(les hommes…), et mon tableau Pinterest est plein à craquer ! Pour la déco, on aimerait rester dans les tons bleus, avec des pointes de jaune moutarde, comme maintenant avec un bleu peut-être plus clair. Ou pour les murs, carrément partir en vrille dans ce goût-là :

mur montagne

Olympe, montagne, vous voyez le lien ?

 

Et j’ai déjà une petite sélection d’objets déco en tête… Dont voici un aperçu !selection chambre– 1. Abécédaire Studio Jolis Mômes – 2. Guirlande La Case de Cousin Paul – 3. Petites montagnes (à tenter en DIY) – 4. Fauteuil Maisons du Monde (pour allaiter sans se casser  le dos) – 5. Veilleuse Miffy – 6. Coussin Jaune Graphique – 7. Sac en kraft fourre-tout –

.

.

.

.